Dossiers

APNA facebook logoAPNA logo linkedin

S5 Box

Login

Register

You need to enable user registration from User Manager/Options in the backend of Joomla before this module will activate.

Les compagnies aériennes ont longtemps vécu dans un environnement réglementé. La libéralisation aux Etats-Unis puis en Europe rend aujourd'hui leur avenir plus incertain.

Dans ce contexte, le rapport du Commissariat Général à la Stratégie et à la Prospective envisage les perspectives du transport aérien dans vingt ans et les risques auxquels devront faire face les compagnies aériennes. En outre, ce rapport émet des propositions destinées à permettre aux pouvoirs publics de fournir un cadre propice au développement du transport aérien.

Le Commissariat Général à la Stratégie et à la Prospective (CGSP) vient de publier un rapport et une note d'analyse qui étudient les conséquences de la profonde transformation de la réglementation, depuis quarante ans, sur le secteur du transport aérien.

 

Le contexte

Les compagnies aériennes ont longtemps vécu dans un environnement réglementé. Néanmoins, l'ouverture du transport aérien à la concurrence aux Etats-Unis, à la fin des années 1970, a rapidement abouti à un bouleversement important du paysage, marqué par de nombreuses faillites et fusions ainsi que par l'apparition des compagnies low cost, en particulier de Southwest. Cette dernière en constitue le modèle historique et est aujourd'hui leader sur le marché domestique américain.

En Europe, l'ouverture à la concurrence, à la fin des années 1990, a conduit à des évolutions relativement similaires. De nombreuses compagnies de taille moyenne ont fait faillite ; plusieurs compagnies low cost -dont deux grandes- ont émergé et, à la suite de fusions et acquisitions, il ne reste actuellement que trois grands groupes (Air France - KLM, Lufthansa, IAG), héritiers des compagnies historiques nationales et qui sont devenus des acteurs internationaux majeurs. Ces sociétés exploitent un réseau en étoile autour de hubs centraux.

Aujourd'hui, face à l'émergence et au développement de nouveaux acteurs, les compagnies historiques doivent adapter leurs modèles.

En effet, les compagnies low cost continuent de se développer fortement sur le marché du moyen-courrier : Ryanair transporte désormais plus de passagers que le groupe Air France - KLM chaque année, et easyJet, seconde low cost européenne, la talonne.

Par ailleurs, des compagnies low cost de taille plus modeste (Air Berlin, Vueling et Norwegian) se développent rapidement. Elles exploitent un réseau point à point dont les coûts et les recettes sont optimisés.

Pour leur part, les compagnies d'Asie et du Moyen-Orient, autres challengers de poids, exercent une pression concurrentielle additionnelle. Celles-ci profitent en effet de la position géographique de leurs hubs et cherchent à en faire un passage obligé pour connecter les métropoles européennes, asiatiques et africaines.

 

En plus de cette concurrence, les compagnies historiques sont confrontées à une situation financière difficile et leur succès -voire leur survie- est donc conditionné à la réussite de plans de transformation destinés à adapter leurs coûts et leur stratégie aux réalités du marché. Cela à plus forte raison que les politiques communautaires obligent désormais les compagnies européennes à intégrer les externalités environnementales qui pèsent sur leurs coûts d'exploitation.

 

Le rapport du CGSP

Le rapport du CGSP propose plusieurs scénarios à vingt ans en distinguant les marchés du moyen et du long-courrier. Ces scénarios soulignent que les décisions des autorités nationales et communautaires, en matière de cadre réglementaire et fiscal, ont un impact décisif sur les perspectives d'avenir des compagnies aériennes européennes.

Jean Pisani-Ferry, commissaire général à la stratégie et à la prospective, résume ainsi le rôle des pouvoirs publics : « Le rôle des gouvernements n'est pas de faire obstacle à la concurrence en vue de protéger les compagnies aériennes existantes. Mais il est d'assurer que les conditions de cette concurrence sont équitables, tant à l'intérieur de l'espace européen qu'entre compagnies européennes et non européennes ».

En extrapolant, on peut estimer que sans changement net de stratégie et sans adaptation des règles européennes à une concurrence loyale, Air France peut au mieux survivre en taille réduite ; au pire disparaître.

0
0
0
s2sdefault

Roissypôle-Le Dôme    8, rue de la Haye CP10986   95733 Roissy CDG Cedex  
Tél. : 01.41.56.05.86 / 06.48.123.133
Email